Comme je l’ai décrit dans le premier article de cette série, la blessure d’abandon fait partie des 5 grandes blessures de l’âme.
Elle est très courante à vrai dire, et je la rencontre souvent lors de mes consultations.

Comment reconnaître si elle fait partie de nos blessures originelles? Et surtout, comment amorcer un processus de guérison?

C’est ce que je te propose de découvrir dans ce nouvel article.

Les caractéristiques de la blessure d’abandon

Pour reprendre les mots de Lise Bourbeau, « abandonner quelqu’un, c’est le quitter, le laisser, ne pas vouloir s’en occuper ».

Ainsi, un enfant peut se sentir abandonné à l’arrivée d’un nouveau bébé dans la famille par exemple, à cause d’un manque de ses parents qui travaillent beaucoup et passent peu de temps avec lui, du fait d’une séparation (hôpital, vacances, nounou…) ou d’un manque de communication etc.

Dans les cas les plus intenses, l’enfant souffre du désintérêt réel d’un de ces parents. Il vit très mal les reproches ou simplement l’absence de considération.

Il n’est pas question ici de blâmer ou de culpabiliser les parents. Il y a des cas où effectivement les parents n’ont pas été à la hauteur, pas justes, ou pas assez aimants et bienveillants. Mais il y a aussi des cas où cette blessure survient alors que les parents sont pourtant très attentifs à l’harmonie familiale.

Le but de cet article n’est pas de rejeter la faute sur quelqu’un, mais de donner des clefs pour mieux se comprendre et surtout, réussir à se reconnecter avec ce « vrai moi ». Celui qui n’a pas de masque, celui qui est authentique. Le but est d’aider à sortir de l’état de victime pour reprendre son pouvoir personnel et sa responsabilité face à sa vie et ses choix.

Voyons ces blessures d’enfance comme de formidables opportunités de grandir, d’évoluer, et de se rapprocher de notre véritable essence!

L’enfant qui se sent abandonné donc, va souffrir profondément dans son être car il va douter de sa valeur. Il va s’éloigner de sa véritable nature pour plaire à ce parent qui le délaisse, qui est trop absent, ou va attirer l’attention par tous les moyens en devenant ultra dépendant de son entourage. Il peut développer de la timidité, devenir introverti, et manquer de plus en plus d’assurance.

A sa manière, il crie « j’ai besoin qu’on m’aime pour ce que je suis ». C’est un enfant qui agit pour satisfaire ces parents, leur faire plaisir.

Et c’est souvent ce trait qui ressort à l’âge adulte.

Cet enfant est devenu une personne qui a besoin de l’autre, qui ne sait pas être seul, qui a besoin d’approbation, d’amour, de reconnaissance, qu’on lui dise qu’il fait bien les choses. Quelqu’un qui a peur de ne pas faire ce qu’il faut justement, par peur de ne plus être aimé. C’est quelqu’un qui continue à essayer d’être l’élève modèle pour satisfaire les autres ou une personne en particulier.

En quelques mots

(Source: les 5 blessures de l’âme, Lise Bourbeau)

Eveil de la blessure: entre un et trois ans avec le parent du sexe opposé. Manque de nourriture affective (ou physique d’ailleurs)

Caractéristiques physiques: corps plutôt mou, grands yeux tristes, voix d’enfant, corps long, manque de tonus, dos courbé, bras qui semblent trop longs

Vocabulaire: « absent », « seul », « je ne supporte pas », « je me fais bouffer », « on ne me lâche pas ».

Caractère: victime, fusionnel, besoin de présence, d’attention, de soutien. Recherche l’indépendance.

Masque développé: Dépendant

A quoi ressemble le « Dépendant »?

L’enfant qui est marqué par la blessure d’abandon développe en grandissant, en réponse à cette douleur, le masque de « Dépendant ».

C’est à dire, qu’il développe un besoin accru de soutien: il dépend des autres. Que ce soit pour prendre une décision, faire un choix, se sentir bien, ou simplement se sentir aimé. Il se nourrit souvent de l’énergie des autres.

D’ailleurs, c’est ce manque de soutien dans l’enfance qui fragilise son dos, qui se courbe à l’âge adulte.

Le Dépendant se place facilement en victime, même inconsciemment, et va jusqu’à se créer tout un tas de problèmes pour attirer l’attention, le soutien, et remplir son réservoir émotionnel.

Il se positionne aussi facilement en Sauveur, mais a des attentes en retour, souvent inconscientes.

C’est quelqu’un qui déteste qu’on le laisse et qui a peur de la solitude, car ceci vient justement réactiver sa blessure d’abandon.

Il a développé des croyances limitantes vis à vis de lui même (en plus de celles qu’on lui a transmises) comme « je ne mérite pas d’être aimé », « je ne suis pas assez doué », « la vie est dure », « les bonnes choses ça se mérite », « je ne vaux rien », « je suis nul » etc.

N’oublions pas que ceci est une description générale. Il est donc normal de ne pas forcément se retrouver dans tout ce qui écrit. Par ailleurs, nous souffrons généralement de 2 ou 3 blessures.

(Plus de détails dans le livre mentionné!)

Comment guérir de la blessure d’abandon?

Comme toute blessure ou épreuve, la première étape vers la guérison est l’accueil. Autrement dit la prise de conscience.

Si tu t’es reconnu(e) dans cette description, ou en partie, et que ceci est nouveau pour toi, alors ta prise de conscience démarre maintenant! 😉

De cette première étape peuvent découler deux comportements majeurs: celui d’étouffer cette information par peur de faire renaître de la souffrance ou parce que ce n’est pas le moment juste; ou celui de faire le travail nécessaire pour guérir, ôter son masque et être pleinement soi.

Si c’est cette deuxième voie qui est choisie, alors l’étape suivante, comme pour toutes les les blessures est l’acceptation et le pardon.

Pardonner à ses parents, à son entourage, et aussi se pardonner à soi-même: d’avoir choisi d’expérimenter cette blessure, d’avoir porté ce masque, de le porter encore, de ne pas savoir comment faire autrement qu’en dépendant des autres…

Ensuite, le travail consistera à se libérer de ces anciens schémas de comportement, à se relier à son identité profonde pour la laisser émerger, et à oser rayonner sans ce masque qui nous a accompagné parfois pendant de longues années. C’est ce que j’appelle « activer sa magie » 😉 et c’est ce que nous faisons au cours des séances ELEAM.

Le travail sera ainsi très axé sur la restauration de l’estime de soi et de la confiance en soi, pour guérir en profondeur cette blessure d’abandon et la transcender.

Quelques outils magiques

Pierres et Huiles essentielles:

(HE à utiliser avec précaution, 1 à 2 gouttes suffisent en massage, et seulement en olfaction pour les personnes fragiles, les femmes enceintes etc.)

  • Celles qui sont reliées au chakra du cœur et qui favorisent l’apaisement, le pardon comme l’HE de rose de Damas, de lavande, de petit grain bigarade,d’orange douce, une pierre de kunzite rose, de quartz rose, ou encore de malachite pour se libérer des émotions refoulées et reconnaître les schémas négatifs –> HE à utiliser en olfaction simple, ou en massage sur le chakra du cœur associé à l’une de ces pierres, par exemple pendant une relaxation ou méditation
  • Celles qui sont reliées au chakra du plexus solaire et qui favorisent la connexion avec son identité profonde et son expression: agate/jade/jaspe de couleur jaune, œil de tigre, HE de camomille romaine (pour favoriser l’extériorisation), HE de mandarine (appliquée au niveau de la colonne vertébrale pour activer l’énergie et l’alignement), HE de menthe verte ou encore de Laurier Noble (pour développer le courage d’être soi)

Travail de développement personnel:

  • Journaling: travail d’écriture pour débusquer l’origine de notre blessure ainsi que les croyances limitantes qui nous ont été transmises ou que l’on a développé. –> Quels souvenirs remontent à ma mémoire quand je pense à ma blessure d’abandon? A ce moment précis, dans ce souvenir, qu’est ce que je crois à propos de moi, de la vie, des autres?
  • Mind mapping: exercice créatif où l’on écrit son prénom au centre de la feuille, puis on écrit tout autour ses valeurs, qui l’on est profondément, ce que l’on aime… En laissant libre cours à sa créativité.
  • EFT pour se libérer des vieilles croyances et en programmer de nouvelles, dans l’idée d’incarner pleinement qui l’on est
  • Alignement

Au niveau du corps:

  • Massages et soins énergétiques réguliers au niveau du plexus solaire (massage Chi Nei Tsang du ventre) et au niveau du dos, de la colonne vertébrale, pour renforcer l’alignement et ce soutien naturel.
  • Activités physiques impliquant du mouvement pour le tonifier, favoriser l’extériorisation, l’affirmation de soi (danse par exemple)

Tous ces éléments sont déjà de bonnes pistes à explorer pour amorcer un processus de guérison. Laquelle vas tu tester? On en parle dans les commentaires?

Photo by Zoltan Tasi on Unsplash