Je crois que nous connaissons tous ce moment-là, chacun à notre échelle.

Ce moment où tout est confus, où on ne sait plus ce qu’il « faut » faire, où on ne sait plus qui l’on est vraiment, où la suite paraît totalement floue

En règle générale, dans ces moments où on se sent perdu, la fatigue est omniprésente et on peut ressentir tout un panel d’émotions intenses: tristesse, colère, angoisse, lassitude, nostalgie, mélancolie… impatience aussi…

Bien sûr chacun·e vit ce moment à sa manière et à un degré d’intensité différent, mais voici quelques pistes à explorer pour se retrouver, éclairer son chemin et se sentir mieux!

1 – Inviter davantage de solitude « constructive »

Il y a plusieurs cas de figures dans ces moments de confusion totale, dont ces trois là.

Soit on est entouré de personnes qui ne nous aident pas (comprendre relations toxiques) et on est drainé de notre énergie, soit on est bien entouré mais « jamais » seul·e donc jamais face à ses émotions, soit on est très seul·e et la solitude nous pèse, on aurait besoin de davantage de lien avec les autres.

Malgré les différences de contexte, pour se retrouver, il est important de prendre du temps avec soi, mais de manière constructive.

Déprimer seul·e devant la télé en mangeant du sucre, c’est mettre un couvercle sur ses problèmes et seulement les éloigner quelques instants 😉

(Mais c’est vrai, parfois ça fait du bien!^^ Simplement, c’est très éphémère)

En revanche, se détendre avec une boisson chaude, méditer, faire de l’exercice ou du yoga, écrire ce que l’on ressent quotidiennement, ce à quoi on aspire, ses idées, ses rêves, ce qui pourrait combler nos besoins, prendre soin de soi, se préparer un repas sain et plein de vitamines… Énoncer quotidiennement ce pour quoi on a de la gratitude… Pratiquer ses divers outils de développement personnel et spirituel (EFT, Ho’oponopono, bonhommes allumettes, prière, mantras etc.) Ça c’est constructif!

Alors oui, cela demande un peu de « discipline » au départ. Mais pour s’en sortir, il faut une impulsion, un effort joyeux! Même si la pratique choisie ne dure que quelques minutes, c’est déjà super.

Soit doux·ce et bienveillant·e avec toi-même.

2 – Penser et agir détox

Penser détox, cela veut dire préparer les choses, prendre le temps de se poser et d’observer honnêtement ce qui ne va pas, ce qui est en trop, ce qui constitue de « mauvaises habitudes » pour soi… D’observer ses émotions, son alimentation, son sommeil, et ses relations.

J’entends par là sa relation à soi (comment je me parle, comment je me traite, comment je me vois, comment je me juge), et les relations aux autres, aux proches plus particulièrement (quelles sont les relations qui me nourrissent vraiment? Et celles qui me drainent? Quelles sont les personnes que j’ai réellement envie de voir?)

Tout ce qui sera identifié comme néfaste, lourd, toxique devra être éloigné voir éliminé.

(Je sais, ce n’est pas toujours évident, mais c’est pour ton bien.)

C’est donc ensuite le moment d’agir détox!

Parce que c’est chouette de prendre conscience des choses, mais c’est encore mieux de les faire changer pour de vrai.

Donc, un pas à la fois, chaque jour, on choisit d’améliorer tel ou tel domaine, par une petite action simple à mettre en place.

En ce qui concerne les relations toxiques, je suggère de faire l’exercice des bonhommes allumettes dans un premier temps, puis de prendre ses distances progressivement en ayant à l’esprit de se protéger.

Il est d’ailleurs possible, dans un premier temps, de simplement se placer par l’intention dans une bulle de lumière protectrice!

3 – Rechercher la joie, l’envie

Dans ces moments de confusion, on a souvent du mal à percevoir ce qui nous fait plaisir, ce qui nous rend joyeux.

La lassitude prend le dessus et obscurcit tout.

Ma première suggestion: prendre une feuille et un crayon et faire une liste de ce que l’on aime, de ce qui nous plaît, de ce qui nous fait nous sentir bien, de ce qui nous donne envie et nous fait sentir en-vie 😉

Des choses simples et accessibles! Un bon petit plat, un livre, un magazine, une promenade, un rituel, de l’écriture, un thé, un bon café, une visite à un·e ami·e, un apprentissage de quelque chose de nouveau, danser, chanter, faire du sport, du yoga…

L’objectif de cette liste est double: d’une part se reconnecter à la joie et à l’envie, et d’autre part pouvoir la sortir à un moment où on a besoin de sortir la tête de l’eau et piocher une idée.

Ma deuxième suggestion: stimuler ses sens, explorer, sortir de sa zone de confort.

L’idée est de réveiller son énergie, de la renouveler. Changer d’air, rencontrer de nouvelles personnes, écouter de la musique qu’on n’a pas l’habitude d’écouter, se faire masser, aller voir une expo, regarder un film d’auteur, lire un roman d’un style différent, pourquoi pas faire un petit voyage seul·e?! Parler davantage à de nouvelles personnes, moins à celles qui ne nous apportent rien, s’ouvrir au monde d’une manière différente 🙂

4 – Pratiquer la gratitude attitude

Cela peut paraître un peu « bisounours » de prime abord.

Mais pratiquée quotidiennement, la gratitude attitude permet réellement de permuter son énergie et de s’aligner sur des fréquences vibratoires très hautes!

Et quand on émet des vibrations hautes, on attire à soi des vibrations hautes! (et vice versa!)

Donc de nouvelles opportunités, de la chance, de l’abondance, de l’amour, de la joie…

Je suggère ainsi de trouver un moment chaque jour pour écrire ou énoncer 3 ou 5 choses (ou plus!) pour lesquelles on ressent de la gratitude, pour lesquelles on est reconnaissant.

Et si vraiment rien ne vient, dire simplement merci plusieurs fois est déjà un premier pas (éventuellement en tapotant les points d’EFT 🙂 )

Personnellement, il m’est plus facile de réaliser ce rituel le soir avant de dormir en repensant à ma journée 🙂

5 – Renouer avec sa dimension spirituelle

Renouer avec sa dimension spirituelle, c’est reconnaître que le divin est à la fois en nous et autour de nous.

C’est renouer avec le sacré, le magique.

C’est renouer avec son intuition, ouvrir son sixième sens.

Prier pour la Terre, les autres, soi-même éventuellement.

C’est admettre que l’on est un être spirituel venu expérimenter la matière, et non l’inverse.

Ici je ne parle pas de religion mais bien de spiritualité. Libre à chacun·e de choisir ce en quoi il croit et ses pratiques.

Mais cultiver l’amour, le respect, les diffuser… avoir foi en la Vie… sont il me semble des principes de base pour non seulement faire le bien autour de soi, mais aussi s’apporter ce dont on a besoin.

La nourriture spirituelle, quelle qu’elle soit, a toute son importance quand on cherche à se retrouver et à retrouver son chemin 🙂

Voilà pour ces quelques pistes! 🙂

Dis-moi en commentaire ce que tu penses de tout ça et la piste qui résonne le plus en toi!

Si tu ressens le besoin d’être accompagné·e dans ce processus, je serais ravie d’être là pour toi et de t’épauler. Tu peux soit réserver une séance ELEAM, soit demander un appel découverte gratuit si tu envisages un suivi plus poussé et davantage sur le long-terme.

Tu peux dans tous les cas m’écrire si tu as des doutes ou des questions 🙂

Photo by Scott Webb on Unsplash